José Antonio – l’histoire du prof de guitare d’ENED

Cet article existe aussi en : Espagnol Anglais

José Antonio est l’un des plus anciens collaborateurs de la fondation. Né à Puerto Plata durant les dernières années de la dictature de Trujillo, il semble avoir gardé en héritage de cette sombre période un moral à toute épreuve. Son sourire, qui en temps normal déjà ne le quitte jamais, se fait plus radieux encore lorsque il entreprend de raconter sa rencontre avec Jaklyn et « ses » enfants, sur la plage de Boca Chica. Il s’agissait à l’époque de l’une des premières générations d’Eneditos ; « des garçons bagareurs, de vrais durs », plaisante le professeur en mimant quelques mouvements de boxe. Lui jouait simplement de la guitare sur la plage, mais avec suffisamment d’aura, de talent et de bonne humeur pour attirer l’attention de la maman de la « meute ».

Leçon de guitare avec José Antonio

Leçon de guitare avec José Antonio

Le courant est tout de suite passé, et certains enfants sont rapidement devenus de véritables virtuoses. Il faut dire que Jose Antonio est l’ainé d’une fratrie qui compte pas moins de treize enfants ! Lui-même père de quatre garçons, le natif de Puerto Plata n’était donc pas à quelques « muchachos » près, aussi a-t-il tout de suite considéré les nouveaux venus comme des membres de sa propre famille. Parmi ces disciples de la première heure, « Pancho » (Samuel) et Oliver, qui ont formé pendant un temps un duo prometteur, nous régalent encore par moments de quelques morceaux de guitare accompagnant leurs voix mélodieuses. Quant à leur mentor, il semble que le temps ait peu d’emprise sur lui : à soixante ans José Antonio continue de vivre de sa musique, se produisant quatre soirs par semaine dans un hôtel de Boca Chica et enseignant aux jeunes de plusieurs paroisses. Et, bien sûr, de chevaucher son fidèle « motor » pour se rendre deux fois par semaine à la Casa Primero, apportant avec lui sa guitare et sa joie de vivre.

C’est donc bien naturellement que Jaclyn, qui ne manque jamais d’emmener dans ses bagages des cadeaux par milliers, a pensé à lui lorsque un ami lui a proposé une guitare. L’instrument est comme neuf et semble de très bonne facture ; un peu trop même, pour envisager de le confier aux jeunes de la Casa 1, qui malgré toute leur bonne volonté manquent encore parfois de délicatesse… Mais avec Jose Antonio, qui leur laissera en échange la guitare qu’il utilisait jusqu’à présent, nul doute qu’il sera entre de bonnes mains. Plus qu’un outil de travail lui permettant de faire vivre sa famille, il s’agit avant tout pour lui d’un objet de passion : celle qu’il nourrit pour la musique, et qu’il a l’immense bonheur de partager non seulement avec sa femme mais désormais avec ses enfants. Pour s’en convaincre il suffisait de voir son visage, s’illuminant davantage encore au moment où il ouvrait la housse de protection pour découvrir le précieux instrument. Ou encore son regard l’instant d’après, à la fois surpris et ravi tandis qu’il s’empressait de le brandir pour en tirer quelques accords, qui ne firent qu’accentuer davantage encore son lumineux sourire d’enfant.

Texte: Paul Jouanny

PhilippeJosé Antonio – l’histoire du prof de guitare d’ENED

Related Posts

Le Eneditos aident la communauté

Au service de la communauté

L’une des grandes ambitions d’ENED consiste à s’ouvrir à la communauté dans laquelle elle s’inscrit, afin de développer des partenariats et de s’imposer comme un acteur local à part entière, susceptible de susciter l’adhésion du voisinage, voire sa coopération. C’est par exemple dans cette optique que nous recrutons prioritairement nos employés au sein du quartier

Jaclyn Krieg

« ENED est entre de bonnes mains »

Fraîchement rentrée de République dominicaine, Jaclyn a eu la gentillesse de passer chez moi pour me raconter son dernier séjour de deux mois à Boca Chica. Elle arrive, souriante comme à son habitude, par un jour très enneigé. Les nouvelles sont bonnes : l’équipe sur place est motivée et le nombre de jeunes pris en charge