« ENED est entre de bonnes mains »

Cet article existe aussi en : Espagnol Anglais

Fraîchement rentrée de République dominicaine, Jaclyn a eu la gentillesse de passer chez moi pour me raconter son dernier séjour de deux mois à Boca Chica. Elle arrive, souriante comme à son habitude, par un jour très enneigé.

Les nouvelles sont bonnes : l’équipe sur place est motivée et le nombre de jeunes pris en charge par ENED n’a jamais été aussi élevé. Ils sont actuellement 36, dont 13 en phase de réinsertion sociale. « C’est une période cruciale, délicate, qui nécessite une grande attention de notre part », affirme Jaclyn.

Sur ces 13 jeunes hommes, 10 sont d’anciens pensionnaires de la Casa Uno, c’est-à-dire qu’ils sont chez ENED depuis de longues années. « Cela signifie que nous vivons un moment charnière. L’arrivée de ces « anciens » dans la Casa Dos est un phénomène qui témoigne de notre réussite, puisque nous avons pu accompagner ces enfants jusqu’à leur adolescence. Mais cela implique aussi une augmentation de nos charges, car l’intégration professionnelle est coûteuse. C’est un véritable défi. Mais je suis confiante. ENED est entre de bonnes mains. »

Texte: Francesca Sacco

Philippe« ENED est entre de bonnes mains »